Comment distinguer les actions "au plus vite" des autres?

Tu distingues comment les actions « que tu veux faire mais pas tout de suite » (sans pour autant les basculer dans « un jour peut-être ») de celles que tu dois faire au plus vite ?

Bonsoir @Lau
Une action « que tu veux faire mais pas tout de suite » ça va dans un contexte. Comme tu le sais les contextes sont faits pour exécuter des actions de plus de 2 mn.

Un action "que tu dois faire au plus vite ? " est soit une tache agenda (on commence toujours par celles la avant d’attaquer les contextes ou bien c’ est une vraie urgence (a distinguer des fausses) exemple ton torchon brule… ça tu la fait immédiatement.

Quand aux actions SMB ce sont soit des actions prévues dans le future ou des actions que tu hésites à realiser ex sauter en parachute. En general si j’hésite je me dis que se passe t’il si cette action n’était jamais réalisée (methode bujo) si la reponse est rien et que je n’y tiens pas je l’efface. C’est ch… de devoir lire et relire des trucs qui ne servent à rien.

Pour élargir ta question le vrai chalenge c’est de choisir sur quoi on travaille. Le bujo m’a appris a faire des séance d’écrémage pendant lesquelles je vire de mon systeme ce qui ne m’intéresse pas. Je fait cela soit une fois pas semaine pendant ma WR ou bien tous les soirs sur mes projets actifs. C’est assez rapide.

ok, merci :slight_smile:

C’est pour moi une des grandes forces de GTD, je ne les distingue pas. Elles vont sur les mêmes listes. Parce que les fois où j’ai tenté de les distinguer, il s’est toujours passé la même chose, je finissais par ne faire que les « au plus vite » sans plus voir les autres… et plein de choses qui pourtant m’intéressaient passaient à la trappe. Donc, j’ai fini par accepter de me faire confiance et de faire confiance à mon moi de plus tard pour qu’il sélectionne, sur le moment, ce qui lui semblera le plus pertinent.

3 J'aimes

oui mais la difficulté c’est quand il y en a vraiment trop… c’est peut-être le signe que je dois travailler sur l’élimination, pas seulement après avoir saisi les actions à réaliser, mais au moment de décider si je les saisis ou pas : dans l’idéal oui j’aimerais faire telle action… mais je sais qu’objectivement ce ne serait pas une bonne idée étant donné le temps dont je dispose, les objectifs que je me suis fixés etc
Peut-être qu’il faudrait que je me crée temporairement un contexte « cimetière des actions abandonnées », pour que je vois quel type d’actions je prévoie de façon trop ambitieuse :slight_smile:
J’ai bien en tête @Romain une anecdote que tu racontais sur un blog, une personne que tu coachais qui te disait « elles sont déprimantes vos listes » (ou quelque chose d’équivalent) face à l’étendue de ce qu’elle s’était trouvé à faire, j’y repense souvent :slight_smile:

Je me retrouve bcp dans ce que tu evoques @Lau

Pendant longtemps j ai trouve ces listes déprimantes.Trop c est trop. Ca en devenait décourageant. J avais même plus envie de bosser et surtout de m y mettre !

Les choses ont changées lors que j ai compris qu il ne s agissait pas d engagements mais de propositions d action, la regle d or etant l élimination.

Tout commence avec la vision de ta journee. Pour toi, Quelle est le sujet ou l action qui va rendre ta journee comme reussie ( tache contexte) ? Quels sont tes imperatifs de la journee ? (Tache agenda ) La 1 ere c est ce que tu souhaite faire, la deuxieme ce que tu dois faire (tache agenda) Commence la journee par ta ou tes taches agenda. Puis attaque ta tache contexte essentielle.

Travailles autant que possible par pomodoro. (Time blocking) sur les sujet complexes

Tout le reste est accessoire.

Hope this help

oui il y a cet équilibre à trouver entre le fait qu’on note tout (et qu’on se découvre 1000 tâches à faire). Mais après si on garde tout c’est compliqué d’appliquer le passage en revue de toutes les tâches (même classées par contexte) pour décider laquelle réaliser. D’où l’importance d’arriver à éliminer à partir du moment où on a fait émerger (en notant) ce qu’on a pensé à faire.
Il y a 2 façons d’éliminer : éliminer des actions qui ne sont pas en rapport avec nos priorités + éliminer des actions qui sont en rapport avec nos priorités mais qui n’apporteraient pas une grande valeur ajoutée par rapport à d’autres actions à réaliser.

L’être humain a tendance à avoir les yeux plus grands que le ventre. Et il faut rapidement admettre que même avec deux ou trois vies supplémentaires de toutes façons il serait peu probable d’arriver au bout de nos listes.

À mon avis, peu importe le volume de nos listes, elles sont là pour nous rappeler que lorsque nous exécutons une prochaine action, donc une parmi n, l’idée c’est d’être à 100% présent sur cette action en ayant à l’esprit tout le reste n qui ne doit pas avoir notre attention là maintenant.

1 J'aime

J’ai pu constater que la pratique de GTD s’accompagnait souvent de différentes phases, sans avoir pu identifié d’ordre vraiment. Le fait est qu’à un moment, devant nos listes, on finit par se dire « bon, tout ceci est-il bien raisonnable, est-ce que je ne devrais pas être plus parcimonieux dans ce que j’accepte de faire » et on fait un grand ménage. Une autre phase consiste à se dire « bon, ok, y’a plein de choses, mais en même temps tout cela a son intérêt dans une mesure suffisante pour rester sur mes listes et être fait à un moment ».
Personnellement, j’ai gardé une prochaine action (et son projet) dans mes listes pendant 2 ans et demi avant de finir par la faire. Pas de souci, ça veut juste dire que pendant 2 ans et demi, j’avais mieux à faire que ça, et qu’un jour ça a été « le bon moment ».

2 J'aimes

Oui c’est un peu un des dangers que j’ai rencontré aussi. C’est là que le bujo m’a été utile on m’apprenant les techniques de migrations. Ces techniques on peut l’utiliser pour GTD. Elle éclaircissent considérablement nos systemes et donnent du dynamisme à nos listes. J’ai remarqué que plus le systeme est élagué (vision H0>H3 - avec uniquement ce qui compte vraiment), plus GTD est puissant et facile à utiliser et plus les résultats arrivent " naturellement "

Personnellement aucune tache ne serait restée 2 ans et demi sur ma liste… Mes weekly l’aurait impitoyablement transférée en SMB éliminée ou conservée jusqu’à ce quelle devienne d’actualité.

En ce qui me concerne je ne veux avoir dans mon horizon que ce qui a un sens à ma vie à horizons d’un mois.

Ce qui ne veut pas dire que ce qui est au dela ne m’intéresse pas. Si un projet est au dela et qu’il comporte un truc à faire essentiel ici et maintenant il va passer en actif. A défaut il reste en smb jusqu’à ce que je le considère comme veritablement actionnable mais il sort de mon champs de vision immédiat.

Ah mais je ne voulais surtout pas ne plus l’avoir sous les yeux à l’occasion, cette prochaine action ! Le fait qu’elle soit restée 2 ans et demi dans ma liste n’a aucune incidence sur le reste et m’a permis, justement, d’être sûr de ne pas la rater si jamais c’était bien celle-là que je devais faire. Ce n’était pas du « un jour, peut-être », c’est une chose qui devait être faite ! Mais qui n’avait pas d’échéance particulière et s’est trouvée être, pendant tout ce temps, moins importante que tout le reste. Mais absolument hors de question de la dégager sur le côté, parce que la vérité est que je n’avais, a priori, aucun moyen de savoir si à un moment elle ne deviendrait pas la meilleure chose à faire (ça a juste pris deux ans et demi :slight_smile: ).

1 J'aime

ouaouh comme quoi la vie est totalement imprévisible ! :wink:

J’ai l’impression que c’est sa seule constante en effet :wink:

2 J'aimes

@Romain
Je comprends ce que tu dis @Romain pour expliquer qu’une tâche puisse rester très longtemps dans une liste, sans pour autant avoir besoin de la dégager en SMB, mais justement, la difficulté c’est de se retrouver avec des listes par contextes contenant beaucoup trop de tâches qui empêche de faire un scan rapide 20 fois par jour (a chaque fois que tu est dispo pour l’Action).
C’est indigeste… et je suis pourtant adepte du lâcher-prise, mais au bout d’un moment ça tape sur le système je trouve.

@Lau
Tu sais que une fois triées par contextes, tu peux théoriquement élaguer encore en fonction du temps que nécessite les tâches, l’énergie nécessaire et en dernier lieu la priorité.
Ça peut te permettre de faire un peu de ménage et d’avoir un truc plus condensé sous les yeux (si ton outil de gestion de tâches te le permet).

Tu peux aussi te créer un projet ouvert que tu nommes « trucs du jour » (ou “gros cailloux” ou “ most important things of the day” selon ton envie) et y mettre chaque matin en commençant ta journée, les 2 ou 3 Actions que tu veux avoir fait ce soir.

Hello @Jean
Je trouve que tu soulèves ici un point important. Combien de fois me suis je retrouvé avec des liste par contexte à n’en plus finir et dans l’incapacité de choisir l’une ou l’autre ? A croire que mon cerveau bloquait totalement. On était proche du court circuit :joy:
Depuis que je re travaille sur things j’ai moins ce soucis. `

Comme tu le sais, Things en effet est axé sur la tache elle meme dans la temporalité. Une tache est à faire aujourd’hui, à l’avenir, à tous moment ou un jour… J’use et j’abuse du « 'un jour » et du a venir (ce que j’appelle la procrastination consciente et acceptée) Thing a cette faculté géniale de cacher les taches non actionnables (futures ou smb) dans les projets. J’adore cette fonction totalement naturelle. J’aime aussi le fait de ne pas obligatoirement lui affecter un contexte. Moi qui n’a pas de séparation vie privée vis professionnelle c’est une fonction précieuse.

J’ai moins de soucis avec ces taches à rallonge. Je remarque que things clarifie ces taches au fur et à mesure comme le fait le bujo sauf que c’est plus rapide et plus pratique. C’est aussi tres instinctif et sur iPhone c’est d’une facilité déconcertante !

@Jean je travaille sur des listes papier… donc je ne peux pas les trier et encore moins filtrer :slight_smile:
Par contre oui, ce que je fais (en général le soir au lit ou le matin avant d’attaquer la journée), c’est que je regarde mes listes, et j’en extraie les principales actions que je veux avoir effectuées dans la journée. Comme expliqué ailleurs en ce moment je fonctionne aussi avec une liste d’actions que je me note pour la semaine. (je peux en noter une 20aine dans cet espace).

  • j’écris en rouge ou je souligne en rouge quand je veux prioriser
  • je surligne en vert quand c’est fait
  • je raye quand j’abandonne l’action
    Je ne les ai pas forcément toutes réalisées à la fin de la semaine, donc quand je regarde ce que j’ai à faire je remonte 2-3 semaines en arrière.
    Et au bout de 2-3 semaines je fais une « migration » au sens méthode BUJO du terme, cad que je vois si pour les anciennes actions réalisées je les reporte dans la prochaine semaine ou je les abandonne. Le fait de travailler avec cette vue « chronologique » est plus facile pour moi : je consens à abandonner telle action que je voulais réaliser… mais qui clairement n’est plus prioritaire au vu des nouvelles actions qui sont arrivées depuis.

@Lau
C’est pas mal de mettre de la couleur… Moi qui ait choisi un outil (Things) en partie parce qu’il est beau, je confirme que l’aspect visuel, ergonomique et esthétique des choses a beaucoup plus d’importance que ça en a l’air pour un outil que tu vas utiliser toute la journée, tous les jours.

Attention toutefois avec ces listes « jour » ou « semaine »; le risque c’est que tu passes tout ton temps sur cette liste et tu ne regardes plus les autres.

Ce qui m’amène à répondre à @francois
J’use et j’abuse aussi de la liste « aujourd’hui » mais je me rends compte que ça devient une liste à tout faire: inbox, liste de trucs prioritaires… et petit a petit je ne regarde plus les autres listes… et du coup cette liste devient un truc énorme, remplis d’une telle quantité de tâches que je n’ai aucun espoir de tout faire « aujourd’hui » !
C’est mon GROS axe de progrès dans l’utilisation que je fais de Things aujourd’hui.

…ça, et trouver une bonne manière d’y ajouter des horizons supérieurs.

En fait dans things j ai peu de choses sur ma liste aujourdhui. En general 3 ou 4 par lesquelles je commence qui sont planifiees le jour meme ou la veille au soir. Le reste va en tous moments. Et je planifies aussi mes projet et taches importants de mes semaines. Tout le reste va en smb.

J abuse de la inbox grace aux racourcis qui me permet de saisir toute idee, tache etc au vol afin d y revenir plus tard.

Things est aussi genial pour organiser mes projets. Il est tres bien concu pour ça.

Une liste de contexte doit contenir au maximum une trentaine d’actions. Au delà, il faut trouver des sous contextes pertinents.

@francois
1/ Donc, j’en conclus que 80%, voir 90% de tes tâches sont dans « Un jour » et donc n’apparaissent pas dans « A tout moment » (quelque soit le contexte), isn’t it ?

2/ Comment tu planifies des trucs (tâches ou projets) sur la semaine ? Dans « A venir » en leur mettant une date de départ ?

@Romain
Je ne l’avais pas vu comme ça en effet…

Si je comprends bien, si j’ai 80, voir 100 tâches dans une liste de contexte, je dois:

  • soit faire du ménage et en mettre une partie en SMB,
  • soit créer un sous-contexte (genre « @Office-Call ou @Office-email);
    => dans ce cas, il faut que je cherche des bonnes idées de sous-contexte, car jusqu’alors j’avais privilégié le minimum pendant bien faire avec un système le plus ligot possible, donc en gros en prenant la liste de base des contextes proposés dans le guide d’installation GTD.
1 J'aime