Bien formuler une prochaine action

Bonjour à tous,

Je crois que j’ai toujours un peu de mal avec les prochaines actions…
J’en fais des listes, et des listes, mais ce n’est pas efficace…

Mes listes de prochaines actions :

  • devraient être dispatchées dans différents contextes ?
  • je devrais ABSOLUMENT en avoir 1 pour chaque projet en cours ?
  • Et je devrais avoir des « prochaines actions uniques » par forcément rattachées à un projet en particulier ?

J’ai également un doute sur la formulation de mes prochaines actions…
J’essaye de détailler au maximum, mais à force d’écrire le même genre de choses, parfois je pense que je les formule mal, car je continue à procrastiner…

Voici quelques exemples :

  • Planifier 1h chaque semaine pour faire mes recherches graphiques
  • Préparer un gabarit de fichier Powerpoint pour présentation de Pierre
  • Faire la liste de tous les packs où il faudra ajouter le picto Z
  • Faire un test sur le packaging 03 en le passant en 3 couleurs
  • Maquetter piste de newsletter pour Jeanne
  • Faire des croquis pour intérieur du catalogue K.

Et j’en ai pas mal comme çà…
Mais j’ai l’impression que çà ne va pas…

Et dernière question, est-ce problèmatique que mes listes soients séparées PRO et PERSO ?

Merci d’avance pour votre aide sur ces bases de GTD !
Bonne journée,

Justine

La formulation d’une prochaine action doit être aussi explicite et détaillée que nécessaire pour te permettre de « décharger » ça de ton espace mental.

Pour ma part, je trouve que l’astuce de Kourosh Dini (toujours lui) qui consiste à mettre un verbe d’action suivi de deux points aide beaucoup à rendre l’action opérante (et tu te rends compte si tu as besoin de la clarifier du coup). Par exemple :

  • Tester : trois couleurs sur packaging 3 (est-ce que ça fait [résultat attendu] ?)
  • Lister : packs où il faut ajouter picot Z [dans le but de « bidule »]

Je trouve ainsi utile d’ajouter le but visé (particulièrement utile quand on bosse sur du créatif). Mes actions ont la forme suivante :

VERBE : [descriptif] POUR [résultat] (ou incluant l’intention: [c'est censé faire x]).

Enfin, une limite de GTD forte à mes yeux (Romain ne sera probablement pas d’accord, mais c’est mon expérience) c’est que la méthode s’effrite dès qu’on entre dans des domaines créatifs où la détermination de la suite du travail est consubstantielle du travail lui-même ; dès lors, les 5 étapes de la méthode s’appliquent toujours, mais il devient contreproductif de les noter systématiquement (on entre dans de l’émergence plus propre à une méthode comme le Zettelkasten). Pour mes bouquins, par exemple, à moins d’un truc très précis à faire (« Réorganiser tel truc dans mes notes », « Rechercher telle info »), j’ai une seule et unique action qui dit : Continuer : écrire X et qui sera validée au bout de 4h30 de travail ininterrompu. L’activité émerge du projet créatif lui-même et des notes qui y figurent. Un projet créatif gagne très peu dans mon expérience à être découpé en actions unitaires, et à la place, je consigne mes pistes de réflexions dans mon environnement et les revisite en fonction du chemin créatif qui évolue trop vite pour valoir le coup de faire une maintenance d’actions minutieuse.

Enfin, je ne vois pas de souci à la distinction pro / perso (au contraire ; perso j’ai 9 grands « domaines » dont certains sont clairement pro, d’autres clairement perso, et certains dans une zone grise, comme la formation personnelle).

1 J'aime

Hello @Justine,
Voici comment je les rédigerai, + contexte :

  • Planifier 1h chaque semaine pour faire mes recherches graphiques
    Programmer - Faire mes recherches graphiques (Contexte : Agenda) → Puis créer le créneau récurrent dans l’agenda. Ou alors, tâche récurrente dans Nirvana ou autre outil de gestion de tâche.

  • Préparer un gabarit de fichier Powerpoint pour présentation de Pierre
    Tâche ok, contexte ou catégorie : Client (Par exemple)

  • Faire la liste de tous les packs ou il faudra ajouter le picto Z
    Tâche ok, contexte ou catégorie : Design (Par exemple)

  • Faire un test sur le packaging 03 en le passant en 3 couleurs
    Tâche ok, contexte ou catégorie : Design (Par exemple)

  • Maquetter piste de newsletter pour Jeanne
    Tâche ok, contexte ou catégorie : Design (Par exemple)

  • Faire des croquis pour intérieur du catalogue K.
    Tâche ok, contexte ou catégorie : Design (Par exemple)

En gros beaucoup de tâches se font d’un ordi, donc si l’on crée pas une sous catégorie par domaine de responsabilité ou activité, on a des listes à rallonge.

2 J'aime

Merci pour vos réponses.
Depuis, j’essaye de les nommer dans ce sens, mais c’est une sacrée gymnastique… Pas toujours évident je l’avoue.

C’est un coup à prendre, et surtout, c’est un super exercice pour voir si une action cache un projet ou plusieurs étapes à clarifier avant.

2 J'aime

Oui c’est sur.
Du coup, si un projet s’y cache, je l’ajoute tout de suite à ma liste projets?
Je ne mets pas en inbox pour mettre ensuite dans les projets… ? Question bête peut-être…

Pour moi cela dépend dans quel mode tu es. Si tu es en train de faire ta review ou de traiter tes entrants, tu es en mode « définition du travail », donc oui. Si tu es entre deux portes, pour moi ça va dans l’inbox… à condition que tu aies une bonne hygiène de traitement de ton inbox pour être sûre que tu reviendras à ces éléments pour qu’ils trouvent leur place.