GTD et TIme blocking

Nous avons pas mal parlé du time blocking. Aujourd’hui je partage avec vous ma propre version du time blocking et mon évolution par rapport à la planification.

Pendant longtemps j’ai beaucoup planifié. J’aimais faire un liste de mes priorités et si je les estimais pertinente alors je les bloquais dans mon agenda un jour donné. J’ai beaucoup évolué sur cette façon de faire.

Aujourd’hui comme disait Mitterrand je laisse du temps au temps. Ce qui ne veut pas dire que je ne planifie pas, mais que je planifie-moins.

J’ai effectivement constaté qu’il y a chaque jours quelque chose de plus urgent à faire ce qui ruine complètement ma planification et que la seule façon d’être efficace c’est de coller un instant présent.Aussi je fais un point chaque matin avec moi-même pour définir mes priorités du jour et adapter son emploi du temps en conséquence.

Ainsi certains projets sont delibéralement bloqués dans mon agenda. Il s’agit principalement de la comptabilité, mais aussi de la création des descriptifs commerciaux qui nécessite un aspect créatif.

Il m’arrive ainsi à passer trop quatre heures d’affilée sur ces sujets et bien que ce soit un peu pénible au moins j’avance.

La méthode est donc de plus en plus GTD et je me sers de mes contexte pour avancer au plus vite on comprend les activités similaires. Quant à la planification j’entends par-là le blocage de projets que j’envisage de réaliser je la fais de moins en moins. Je fais confiance à GTD pour faire le plus important en fonction de ses critères qui sont le contexte le temps l’énergie et ma priorité du moment.

Ne plus planifier à outrance et donc une profonde évolution pour moi. Quant au time Bloking je le réserve pour des projets à haute dépenses énergétiques cruciaux aussi bien à titre personnel que pour mon entreprise.

Aspect que j’aimerais développer c’est la gestion des projets en arrêtant de planifier je me suis rendu compte que certains projets que j’estimais cruciaux n’avait en vérité que peu d’importance car d’autres projets avaient pris leur place eut égard aux circonstances et c’est ces projets sur lesquels je souhaitais avancer.

Pendant un cours test, j’avais mis des créneaux (comme des rendez vous) pour chaque tâche, pour toute la semaine
:upside_down_face: :upside_down_face: :upside_down_face:

Aujourd’hui, mon objectif, c’est que les obligations du jour soient le moins présente possible, de sorte qu’à 7h (9h max), j’ai « fini » ma journée et ce soit open pour avancer.
ça rejoint un de mes postes précédents sur « et si je ne fais rien, qu’est ce qui se passe »…
Avoir la possibilité de ne rien faire est ce qui me rend le plus efficace :smiley: L’esprit libre et serein sans doute

1 J'aime

@nj1 Cette règle du « et si je ne fais rien, qu’est ce qui se passe ? » est vraiment pas mal,j’y repense de plus en plus :wink:

1 J'aime

J’ai de plus en plus envie d’intégrer le Time blocking à mon organisation…

Un peu comme pour les costumes d’Obama : avoir des choses bien planifiées, au même moment chaque semaine,ou chaque jour, pour éviter de se poser trop de questions… . Tendre vers des choses toujours plus simples, plus fluides…

Le problème que j’ai rencontré ce sont tous les imprévus

Etudie dans un premier temps tes habitudes, ensuite réagence ton agenda. Je sais que par exemple j’ai tendance à faire le ménage le samedi matin (Les tâches sont dans nirvana), les courses vers 14h (Un créneau d’une heure dans l’agenda) mon sport vers 17h (créneau également), rdv famille dimanche 18h (créneau agenda). Le reste c’est selon mes envies, mes sorties, etc. Donc je time block légèrement mais je laisse de la place pour le reste.

Does not work that way :sweat_smile:

Time-blocker ne permet pas de résoudre pour toujours la question de l’organisation dans le calme ; c’est, au contraire, une discipline parfois un peu stressante qui pousse à faire les choix qui font mal. Mais c’est en cela qu’elle est bonne : si tu la suis avec rigueur, elle te montre que tu ne peux pas tout faire et qu’il faut donc choisir. En plus, la vie réelle intervient toujours pour faire dérailler les plans ; j’ai beau être indépendant et donc maîtriser entièrement mon temps, j’ai pu constater que ça ne sert à rien de time-blocker plus de 72h à l’avance. Je ne trouve pas qu’elle donne de la stabilité, elle pousse à prendre en compte l’espace et la discipline (ce qui donne, par ricochet, de la stabilité, mais ce n’est pas une technique super zen à appliquer. Sauf si tu es dans la poursuite du minimalisme monacal. :grin:)

2 J'aimes

Autrement dit « time blocker, c’est se priver du reste » :smile:

2 J'aimes

Choisir, c’est renoncer
:sweat_smile:

Ca reste cool les ( demi ) jours ou ca marche

1 J'aime

Time-blocker, en théorie, c’est en plus se permettre (ou espérer) une performance de ouf (grâce au Time-block), et donc, gagner du temps pour après: ce qui est fait n’est plus à faire… et si en plus on l’a fait vite (car on était hyper efficace et concentré) on a gagné du temps.

@lkw
Au contraire, il y a quelque chose de zen à tout vider (mentalement) pour ne se consacrer plus qu’à une seule tâche, une seule mission, et empêcher tout autre chose de « rentrer » dans notre espace de travail (physique ou mental).

1 J'aime

Oui, mais ça c’est faire, ce n’est pas le moment où tu time-blockes :stuck_out_tongue_winking_eye: Une fois que tu as fait le travail de sélection et que tu te connais assez bien pour que tu te tiennes à ce que tu as choisi, oui, c’est zen. Je disais avant, au moment de la sélection.

2 J'aimes

Ah je reconnais qu’au moment de la décision, c’est plus tendu… Il faut choisir, parfois parmi des dizaines de tentations de faire autre chose, s’occuper d’un autre truc… c’est chaud.
Mais, en théorie du moins, quel soulagement ensuite…

1 J'aime

Concernant mon travail, j’ai un problème :

Lorsque je suis sur un GROS projet comme actuellement, 100% de mon temps va pour ce projet. Super simple à gérer puisque c’est 100% pour ce projet, sauf que pas du tout… Car les autres projets, et toutes les prochaines actions, je ne sais pas quand les traiter …

Devrais-je bloquer 1h par jour pour pouvoir avancer sur ces tâches, etc ?
Devrais-je ne pas utiliser 100% de mon temps pour un seul et même projet ? Même si les délais sont hyper courts, et que je dois avancer à fond dessus ?

Oui.

Même si les délais sont hyper courts, et que je dois avancer à fond dessus ?

Ah ben du coup, non.

:stuck_out_tongue_winking_eye:

J’imagine que tu m’as compris : il n’y a que toi à savoir quelles sont tes priorités et quelle est ta marge de manœuvre réelle. Le time-blocking ne crée pas magiquement du temps supplémentaire, il te force à prendre conscience du temps que tu as. Notamment, à prendre conscience qu’il faut faire des choix. Et que si ces choix ne conviennent pas (parce que, par exemple, des priorités sont intenables) c’est qu’il faut réfléchir à changer des choses pour se concentrer sur ce que l’on veut vraiment faire.

Comme GTD, le time-blocking – fait sérieusement – ramène à la surface toutes les choses non négociées, ce qui n’est pas un process facile.