Planification naturelle

Et oui,
C’est encore moi… Je suis désolée mais j’avais tellement de questions sur GTD que je suis trop contente de pouvoir trouver des solutions auprès de vous :grinning:

J’ai franchement beaucoup de mal avec la planification naturelle !
Je ne comprends pas comment je peux l’appliquer à mes projets… Pro surtout et perso ensuite.

Je vous donne un exemple :
AU TRAVAIL : un projet à rendre à une date précise.
Comprenant pas mal d’étapes intermédiaires :
-Recherches Créatives
-Éxecution puis - validation de la création
-Finalisation des fichiers puis -nouvelle étape de validation
-Derniers allers-retours de corrections
-Préparation des fichiers pour production
-Envoi en production le jour de la DEADLINE.

Comment dois-je/puis-je m’y prendre ???
Je suis complétement perdue sur cette étape de la méthode…

En perso, je peux comprendre un tout petit peu plus même si çà me semble très flou…

Bonne journée !

Hello

Je dirais :
En premier
Mettre le projet sous forme de résultats souhaités :

  • Mes vacances au Mozambique sont un succès

Puis on entre dans la moulinette Plannification Naturelle

1 pourquoi ?

a Buts
Pas besoin de se prendre la tête trop longtemps, (d’autant qu’on peut y revenir).
C’est juste pour se sentir aligné.

  • passer un merveilleux moment avec famille/amis/conjoint
  • découvrir un autre mode de vie

b principes
La question peut être poser de cette façon: si je devais confier ce projet à quelqu’un, le sous traiter, sur quels points il ne faudrait surtout pas qu’il se rate.

2 vision
À quoi ça ressemble quand c’est réussi ?
Là faut ouvrir les chakras
S’ouvrir au sublime
Viser l’inatteignable

Bon on peut être un peu concret aussi
C’est tellement bon et inspirant de peter le plafond de verre

3 brainstorming
Tu connais la règle du CQFD pour les remues-méningés ?

Je suis arrivé à ma station de métro. Je reprends un peu plus tard…
À toute :slight_smile:

1 J'aime

C : pas de censure
Q : quantité plutôt que qualité
F : farfelu bienvenu
D : démultiplication (c’est plus facile à plusieurs)

4 ) organisation
On met tout ça sous forme de primo jet

5 ) actions suivante
On met une première action à chaque projet

Est ce que ça répond à ta question ?

1 J'aime

@jpmole a bien détaillé le canevas de la MPN (pour faire court). Considérant le projet que tu mentionnes, ce dont tu parles (recherche créative, exécution, finalisation, etc.) constitue la phase 4, c’est-à-dire le procédé que tu vas employer pour mener ton projet à bien.

L’application de la MPN a ton projet commencerait par s’interroger sur la raison d’être du projet en question : il sert à quoi ? Que va-t-il apporter (à toi, l’entreprise, le client…) ? Quel est le but de ce projet ? Tout de suite après, on s’intéresserait aux principes directeurs de ce projet : qu’est-ce qui doit être absolument respecté lors de sa réalisation ? (qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas foirer, comme dit Jean-Phi).
Ensuite de quoi, il conviendrait de prendre un temps pour visualiser le succès total du projet en question : à quoi ça ressemble une fois terminé, et que c’est un succès phénoménal ? (souvent, la vision correspond à la raison d’être réalisée, mais pas toujours). Imagine qu’un journaliste vienne t’interviewer 6 mois après, comment parles-tu du projet ? Qu’en dis-tu ?

En troisième phase, on peut enfin (et seulement maintenant) se lancer dans le brainstorming, le « comment » du projet.

Une fois le brainstorming terminé, on peut alors, en phase 4, organiser les idées du brainstorming pour en faire un déroulé classique de gestion de projet (avec les différentes étapes, etc).

En dernière phase, on va chercher toutes les prochaines actions pour remplir nos listes de contexte et pouvoir avancer sur le projet en question en toutes circonstances.

1 J'aime

Très intéressant, je n’ai pas encore intégré la méthode de planification naturelle malheureusement.

L’employez vous pour l’ensemble de vos projet ? Ou que pour les gros ?

Par exemple niveau travail, la vision et le succès vont souvent être là même chose (satisfaction client, type de document…)

Hello Erwann
J’utilise la méthode de la PF dans sa globalité seulement pour 5% des projets. Ceux les plus importants à mes yeux.
Pour les autres, les projets qui ne progressent pas, j’ai essayé d’identifier pourquoi ça bougeait pas à travers le prisme de la planification naturelle. Je l’ai fait soit en remontant s’il y avait besoin de clarté soit en descendant s’il y avait besoin de plus d’actions. Le processus est bien expliqué aux pages 124 et 125.
Parfois, un petit coup de brainstorming ou de visualisation, ou enfin de structuration et ça repart. J’ai débloqué des actions ou des projets comme ça dernièrement. Quant au besoin de clarté, ça m’a vraiment aidé à repositionner des actions en tant que projet ou l’inverse ou même les supprimer tout simplement.
L’idée est d’utiliser, pour 95 % des projets, seulement une étape de la planification naturelle. Il s’avère, dans mon cas, que c’est toujours l’une ou l’autre étape qui pêche, et que j’aurais besoin de travailler. À partir de ce constat, je suis devenue plus vigilante dans comment j’intègre des choses à mon système.

1 J'aime

Je reprends ce que j’ai dit plus haut, en fait, j’ai décidé d’appliquer la planification naturelle à tout de façon consciente. Mon but est que je devienne inconsciemment compétente.
Nan mais la formation réticulée quoi ! C’est juste une info qui m’a énormément fait avancer.

1 J'aime

La formation réticulée, c’est du niveau 3e dan ! C’est du lourd en effet, et très efficace aussi. Je suis fan.

C’est quoi la formation reticulée ? :blush:

Un truc à l’arrière du cerveau. Un truc épatant.

Mais encore ? :blush:

C’est la partie du cerveau et du système nerveux qui te permet de filtrer les choses. C’est ce qui fait par exemple que tu arrives à suivre une conversation malgré le bruit ambiant. Où pour l’avoir expérimenté moi-meme dans un tout autre cadre, fait que tu penses à quelque chose un jour et les jours suivants tu le vois partout. La réalité est que ces choses étaient déjà la mais tu n’y faisais juste pas attention.

On sait qu’un rêve peut ressembler à s’y méprendre à la réalité. Le postulat est donc que le cerveau aurait beaucoup de mal à différencier un rêve très bien imaginé (d’un point de vue gtd ça pourrait être les horizons 3 ou 4) de la réalité.

En entraînant ton cerveau, en planifiant correctement et en étant clair sur tes horizons, tu pourrais développer cette partie de ton cerveau afin que sa fonction de filtre regisse tes actions et oriente ton attention en identifiant l’essentiel. En gros, elle il te révélerait naturellement les actions, opportunités qui te permettraient d’atteindre un résultat particulier.

Il n’est pas impossible qu’il soit à l’origine de ta soudaine ferveur pour le Bujo. À mon avis une question restait sans réponse avec gtd (comment fonctionner par projet avec une liste d’actions par contexte ?) qui est devenue limpide avec le bujo.

hello Julien ! Merci pour ton explication, comme toujours super claire ! :wink: et j’en profite aussi pour te dire que j’aime bcp lire tes posts qui sont hyper éclairants :blush:

Je rebondis sur ta derniere reflexion je crois que c’est exactement ça. « Cette question comment fonctionner par projet avec une liste d’actions par contexte ? » me trottait dans la tete depuis des mois. J’avais essayé de la résoudre comme @Margott en utilisant la fonction « focus » d’omnifocus qui est au coeur du logiciel. Mais comme je l expliquais l’outil informatique m’epuisait par l’obligation de rentrer dans son processus fonctionnel different du mien. D’ou bcp de dispersion.

La re decouverte du Bujo et surtout la lecture du livre de Ryder Caroll m’a fait comprendre le « pourquoi » et le « comment » des choses et soudain tout est devenu clair et limpide. La vision globale qu’il améne, en liaison permanente avec les horizons superieurs naturellement intégres dans le systeme, me donne le sentiment de penser « plus efficace », « plus droit » comme disait ma grand mère.

Les regles GTD peuvent s’ impliquer naturellement dans le Bujo qu’on utilise ou non les contextes, sauf que chez moi, les contextes n’y sont désormais qu’accessoire remplacés par ce que j’appelle les « mini goal » ou « sprint » comme disait @Romain (qui sont aussi GTD :wink:) boostent l’activité et correlativement dopent mes resultats :grin:

D’un point de vue mental, il est possible effectivement que l’usage du Bujo ait déclenché en moi une sorte catharsis, qui s’est realisé par étapes. D’abord par mon besoin de planifier, puis par cette lecture avec application immediate de la méthode.

Peut etre à elle ouvert dans mon cerveau de nouveaux circuits, déclenchant ce systeme particulier que j’utilisais probablement peu ou sous jacent chez moi, siège de la formation réticulée. Et ça, je confirme ça change tout et je n’en suis qu’au début de mes découvertes. :smile:

Hello François,
@Julian m’a enlevé les mots de la bouche.
J’allais exactement te dire que je pense qu’il y a un lien avec ta réussite dans la méthode Bujo.
Du coup, j’ajoute que visualiser selon la méthode de Planification Naturelle prend toute son importance quand on sait comment fonctionne cette aire du cerveau. Quand je visualise, je fais participer mes 5 sens. Pas facile au départ quand on sait que j’entre en communication d’abord par le son puis les images. En PNL je suis une auditive puis visuelle. Quand je converse avec une personne je réponds souvent « j’entends ce que tu dis » là où d’autres personnes répondraient « je vois » ou « je sens ».
Bref, l’ecriture m’a beaucoup aidé à utiliser du vocabulaire relatif aux 5 sens, histoire de parler à tout le monde.
Donc, je visualise avec mes 5 sens mais surtout, j’y ajoute des émotions très fortes de réussite et de gratitude histoire de dire à mon cerveau de se mettre en ordre de marche vers le résultat de mon projet. Après une telle séance de visualisation tu sors boosté !
Voilà pourquoi David Allen insiste pour que nous réfléchissions et nous exprimions d’abord en termes de résultats (quoi) puis seulement après
en termes de moyens (comment). Triturer ton système (donc ton moyen) n’était peut-être pas le niveau qui répondait à ton besoin de vision. Il te fallait donc remonter un cran plus haut, celui de la vision. Peut-être que je me trompe mais c’est ce que j’entends au travers de tes différents posts. Toutefois, je ne résiste pas à citer DA en forme de clin d’oeil « Accorde ton attention à ce qui retient ton attention ».

Ces quelques pages trop courtes dans son livre ont été pour moi une révélation et à mon avis d’une importance essentielle dans la méthode GTD.

Et voila ma contribution pas trop sonore du jour.
Martine
:stuck_out_tongue_winking_eye::sunglasses:

1 J'aime