Productive mais pas sereine ou Miggy s’est fait tordre le bras par Cortland, la chouette savante

Bonjour le forum des gens productifs et sereins.

Voici quelques mois j’ai décidé de prendre du recul avec mon système, avec la méthode GTD et avec ce forum en lien avec.

Un matin du mois de juin, peut-être l’effet du confinement-déconfinement, je me suis mise à détester GTD, à vomir les outils informatiques et les notifications de toute sorte, à haïr mon système trop mécanique dans lequel j’avais perdu tout mon élan, ma vista et mon envie de faire les choses.

J’étais devenue productive mais pas du tout sereine.
En deux ans et demi de pratique de la méthode GTD, j’ai peu de fois ressenti la sérénité promise du sac posé devant la porte de façon à ne pas l’oublier.
J’étais devenu un rouleau compresseur mut par un système mécanique, efficace, efficient mais plus du tout vivant.
Il me manquait quelque chose. Je me sentais terriblement déçue.

Alors, pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, j’ai espacé les revues hebdo à une fois par mois. J’ai arrêté de forcément tout capturer et de tout découper en première prochaine action. J’ai arrêté de m’enfermer dans le tunnel de mes horizons et de mes zones de responsabilité que j’avais moi-même écrites.

Mais pourquoi diantre, un truc qu’on écrit un jour nous enferme donc tant ?!!

Et puis, je me suis mise à vivre le coeur éloigné de mon système un long, très long moment tout en l’utilisant régulièrement pour le vider un peu sans y faire forcément entrer des trucs nouveaux.

Alors, le leash toujours relié à la planche, je suis descendue de celle-ci.
Si l’image du train vous parle mieux, j’ai sauté du train en marche… convaincue que j’allais me vautrer sauvagement.

Mais je me suis mise à voler, le coeur joyeux.

Je l’ai fais parce que j’avais besoin de me reconnecter à moi, à ce qui pousse à l’intérieur, à mon besoin de vivre sans forcément hisser la grand voile et barrer la moindre des petites choses qui me tombe dessus tout en vérifiant que « oh, quelle horreur, ce n’est pas aligné avec mes horizons ! Pas bien ! »

Et je me suis mise à revivre. La vista qui me caractérise est revenue. J’ai recommencé à pétiller. Je suis redevenue moi, Martine.

Et là surprise. Des trucs sont sortis d’on ne sait où du genre « tiens, je vais faire ceci ou cela », « et si on partait là ? » etc.

Et je les ai faits… façon GTD mais inconsciemment. Sans les mettre dans mon système. Prochaine action après prochaine action.

C’était écrit nulle part mais ça dormait là. Des boucles ouvertes, des envies cachées non captées.

Avec tristesse, je me suis rendue compte que Miggy était bâillonnée (l’amygdale de ma cervelle pour ceux qui n’ont pas lu GTD pour ados), étouffée, croulant sous un nombre impressionnant d’actions et de projets que j’avais beau abattre, jour après jour, il y en avait toujours plus. La chouette avait pris la barre et ne la partageait plus avec Miggy !

Qu’étais-je en train d’expérimenter en volant à côté du train ? Cet été je n’aurai su le dire mais maintenant j’y vois un peu plus clair.

Ne plus me servir systématiquement de mon système a fait de la place. Vous savez ? Le truc promis par David Allen dans S’organiser pour réussir ?

DELESTER SON CERVEAU POUR FAIRE DE LA PLACE.

Place à l’envie, à l’intérêt pour ce qui se passe chaque jour, à la curiosité et à la passion pour les gens et la vie.
C’est à partir de là que des choses nouvelles sont apparues.
J’ai fait l’expérience de dire « non », je ne ferai pas tout ça même si c’est moi qui ai rempli mon système à ras bord.

J’ai fait l’expérience de ne rien faire. Et ça a marché.
Y a même des trucs qui se sont résolus tout seul ou pris en charge par d’autres. Surprenant et jouissif.

Aujourd’hui j’en suis là et je progresse doucement.

Je lis le livre sur la méthode GTD pour ados et je me marre parce que, je me croyais la championne de la capture, j’étais persuadée d’être maître es clarification, le rouleau compresseur de l’organisation, la ceinture noire de la revue hebdo et je ne vous dis pas le sens de l’engagement, une de mes valeurs préférées !

Je croyais savoir mais comme disait Gabin dans l’une de ses chansons : je sais qu’on ne sait jamais.

A présent j’en suis là : j’ai déménagé en Isère, je réfléchis à un nouveau business model étant donnée la deuxième vague du Covid que j’espère bien surfer cette fois-ci.

J’ai arrêté mon train, je me suis assise dans un compartiment vide et je réfléchis à tout ça.
Ma loco roule à faible allure pour le moment.

Je claire-vois (ça se dit ça ?) que mon rapport à mon système est en train de se modifier.
Que ce qui compte c’est moi et ce dont j’ai envie. Pas ce que j’ai écrit à un moment donné.
Qu’on peut faire les trucs qu’on a clarifié et organisé… ou pas.
Qu’on peut être prêt à dire « non » et que la productivité n’est pas forcément un but en soi.
Que mon cortex préfrontal n’est pas seul maître à bord et que j’aime bien entendre Miggy jacasser ses bonnes idées.
Que l’outil informatique qui supporte le système GTD n’est pas, mais alors pas du tout un sujet en ce qui me concerne.

Avec humilité et modestie, je revois et pratique plus clairement les 5 étapes en conscience.
Je réfléchis même à intégrer l’Envie comme super contexte de choix d’actions.
Un super filtre qui me dit : si tu choisis ce contexte, tu vas kiffer !

C’est tout ce dont j’avais besoin : faire de la place à ma créativité et aux surprises de la vie.
En me souhaitant de la sérénité et moins de stress.

Bien à vous tous.
Martine

4 J'aimes

Hello @Margott Martine ! Quelle plaisir de relire tes lignes et ce beau temoignage d’humilité. Comme beaucoup je me demandais comment ça se passait pour toi et te voilà ! Il y a des moment ou c’est bon de se poser. De GTD de tout… De lacher prise. On a tous laché prise de GTD et sincerement je ne connais personne sauf peut etre David lui meme qui fasse du 100% GTD tout le temps et qui meme en ait tout le temps besoin ! On n’est pas des machines on est humain. C’est ça qui est bien.
Perdre le fil, changer de systeme, lacher GTD et reprendre permet peut etre de mieux reprendre derriere. :innocent:

Est ce que ce n’est pas une tendance « naturelle » en étant plus productif d’aller faire l’abattage de plus de tâches et pas les plus sexys ?!

« Est-ce ton système qui est à ton service ou toi qui est au sien ? » Je crois que la question, pour @Margott, « est répondue » :wink:
« The only way out is the way through » (David Allen) dand sa version horizon 4/5 :slight_smile:

1 J'aime

Merci François pour ton retour. :pray::ok_hand:

1 J'aime

ça c’est super important. Je dirai meme crucial. :stuck_out_tongue:exemple Cela a été mon probleme majeur avec Omnifocus. J’etais au service de l’outil qui n’est pas assez intuitif. Depuis que je suis passé sur Things c’est que du bonheur ! le logiciel colle parfaitement à ma façon de penser. Je n’ais qu’a rentrer les données à etre rigoureux et il fait le reste. Things est génial. Je pense que Nirvana aurait fait la meme chose.

C’est completement C… l’outil. C’est pas indispensable mais plus on avance dans un systeme et dans GTD on se rend compte que ce qui compte c’est la fluidité. Comme dit David ALLEN et je 1000% d’accord avec lui on ne doit penser qu’une fois par semaine. Bon il exagere un peu. Je fais une mini review sur un projet tous les jours ou plusieurs mais c’est l’idee.

C’est pourquoi un bon outil c’'est tellement important à partir d’un moment. Mais c’est valable en Guitare et pour n’importe quoi. Un bon ouvrier doit avoir un bon outil. encore faut il les trouver et ça depend beaucoup de son propre processus mental.

J’aime à me rappeler que la carte n’est jamais le terrain. Et bien évidemment, en tout cas pour moi, il y a un monde entre le moment de l’action, je veux dire l’exécution de l’action et la représentation de tous ces éléments dans mon écosystème.

Le danger, au final je pense c’est de croire que le GPS suffira sur le chemin qui nous mène de À à B, mais celui-ci il ne peut pas en encore intégrer et ne le fera sans doute jamais, toutes les surprises qui vont sortir cette route de la vie.

1 J'aime