De la bonne détermination des contextes

Je ne sais pas si c’est à cause de certaines app mais sur le mien on peut filtrer par zones donc ça agit comme un contexte.

Pour moi c’est un super contexte :slight_smile:

@Erwann Quelle application ?
C est juste par curiosite …

@Margott tu raisonnes par ton outil.
Tout le monde n’est pas sur Omnifocus. Que dire de ceux qui fonctionne uniquement au papier ? Ce filtre n’existe pas.

Dans un raisonnement qui exclut toute notion d’outil, en partant du principe que le premier critère de priorisation en GTD est le contexte, si tu commences par filtrer sur une zone d’attention, par définition tu en fais un contexte et ton contexte devient un sous-contexte.

Everdo, un clone de nirvanahq mais avec un développeur qui communique.

Je vais être taquin mais Oui et Non. :roll_eyes:

Non… parce que GTD est évidemment affaire de personne. Il y a autant de configuration de système que de pratiquant. L’individu, l’interprétation des principes par chacun et l’activité jouent tout autant que l’outil. Je considère l’outil comme limitant de manière générale même si certaines fonctionnalités peuvent ajouter un gros plus comme c’est le cas du « focus » dans OmniFocus.

Mais, Oui, parce que sur une thématique aussi complexe que la détermination des contextes, je pense que cette discussion peut être utile aux autres membres et s’arrêter sur les plus ou les moins de nos outils respectifs on risque de perdre ceux qui lisent (ça n’engage que moi).

A aucun moment il ne m’est venu l’idée de dénigrer ta pratique. Nous sommes justement ici pour partager notre compréhension des principes de la méthode mais aussi débattre de nos approches respectives .

Je n’ai fait qu’exprimer ce qui selon moi pouvait ou ne pouvait pas fonctionner en tant que contexte.

A la lecture de ta réponse, j’admet m’être un peu emmêlé les pinceaux :face_with_hand_over_mouth:. Nous avons la même perception de ce qu’est un domaine d’attention au final.

La confusion dont je parle est liée à ma propre config.

Je ne travaille pas à domicile comme toi et @francois mais j’ai connu la même problématique que vous quant au découpage de mes listes de prochaines actions.

Pour vous @bureau = @maison , pour moi @bureau = @ordinateur dans 95% des cas (je suis dans l’informatique). Ma solution pour obtenir des listes de prochaines actions plus digestes est partie de mon H2. Plus précisément du premier niveau sous mon domaine d’attention « Travail » que je vais nommer « Responsabilités » (je ne sais pas si il y a une terminologie officielle pour ces embranchements qui partent des domaines de responsabilités).

De ce domaine « Travail », découlent donc des responsabilités et les 3 que j’ai jugé comme ayant le plus de valeur ajoutée constituent chacune un contexte. Tous les autres sont dans un contexte @entre_deux sur lequel je m’attelle à des moments prédéfinis de ma journée si aucun imprévu ne survient. Ça rejoint un peu l’idée que tu avais de fonctionner par casquette.

En espérant avoir clarifié ma pensée.

Je pense que le probleme c’est de définir le contexte. Comme tu l’a dit fort justement le contexte c’est compliqué. D’abord parcequ’on a tous des vies differentes et pas les memes problemes. Ensuite parceque la Df de DA est vraiment tres subjective pour ne pas dire floue. Comme tu le disais la vie à évoluée et ça devient complexe. Les criteres de lieus sont flous. On est à la maison mais on bosse de chez sois etc…

  1. Si je me met dans l’esprit original GTD il s’agissait de regrouper des taches de meme nature pour pouvoir les faire plus facilement. Nous avons tous qu’il est plus facile de passer tous ses appels en meme temps ou de faire tout ses emails d’un coup ou toutes ses recherches sur internet plutot que de sauter du coq à l’ane :hot_face:

  2. Un contexte c’est fait pour proposer des choix d’action. On sait tous aussi, que le plus difficile c’est de décider quoi faire. Mais GTD ne fait pas le café. Il ne dit pas tu vas decider ça. C’est toi qui decide et personne d’autre. Il te propose juste des choix d’ou l’importance des criteres de choix classiques et surtout des horizons (ce que 90% des gens ne connaissent pas ou n’utilisent pas !)

  3. l’outil joue aussi. Si tu es sur un programme tu peux couper les cheveux en 4. Faire des tags dans tous les sens qui ont un sens. Si tu es sur papier c’est plus simple, plus ouvert mais parfois plus complexe aussi pour le choix decisionnel.

Vraiment à la reflexion je pense qu’il faut limiter les contextes a des choses standarts. De toutes façon les contexte c’est fait pour faire des trucs qui ne sont ni des taches agenda au sens GTD, ni des taches planifiées (tu dois faire ça parcequ aujourd"hui il faut vraiment le faire exemple tu as une signature aujourd"hui il faut bien s’"occuper des proratas, de relire les actes etc… et ça pour moi ça va en Time blocking…

Donc en vrai contexte il ne reste que les taches de plus de 2 mn qui sont optionnelles et à faire asap discretionnairement et comme on peut dans son emploi du temps exemple tous les appels, tous les email…

La prospection, la vente tels que je les defini ou tels que les defini @Margott tout ça ce ne sont que du H2. C’est parcesque tu jette un coup d’oeil a tes domaines de responsabilité cartographiés que tu vois que tu a mission prospection. Cette mission prospection ne declenche pas l’action elle attire juste ton attention sur ce domaine particulier de ta vie dont il faut t’occuper et éventuellement planifier si vraiment tu rechigne à t’en occuper. Donc ce n’est pas ce que je définirais un vrai " contexte " au sens GTD. C’est un temoin, un indicateur, une alerte ( de domaine de responsabilité ) pour attirer ton attention et te dire que la dessus, tu peux faire quelque chose. Exemple c’est parceque je lis « être un bon mari » dans ma vision H5 et que j’ai fixé en H3 - 1 soiree par mois en amoureux avec ma femme, que je me dis tient ce soir, on pourrait se faire une soiree en amoureux cinema +Restau / Que voulait voir ma femme ? Thalasso > Prochaine action => quand est la seance à notre cinema preferé > Recherche internet > 20:15 OK > Prochaine action proposer à ma femme > OK prochaine action bloquer mon agenda. Prochaine action réserver notre restau preféré apres la seance de ciné… > Ok reservation faite > Prochaine action report tracker des soirees avec ma femme.

@Julian pour ton mode « blogging » dsl :wink: ce nest pas pour moi un contexte. CAr le blogging meme s’il regroupe des actions et des projet est au dessus du panier. C’est une zone d’attention ou un domaine de responsabilité et ça fonctionne pareil. Tu peux effectivement décider de bosser sur ton blogging pendant une semaine mais ça veut dire correlativement que tu vas abandonner tes autre domaines de responsabilité ou zonne d’attention parceque tu veux mettre le paquet la dessus. C’est un choix. Mais par un contexte. Si tu en as marre a un moment tu va prendre ta liste telephone et faire autre chose et ça c’est un contexte. Ta liste va te proposer des options et te dire tiens faut que j’appelle mon medecin… OK let’s do it now.

Pour moi tout fonctionne comme ça.

Le contexte c’est un simple inventaire de choix par rapport à des sujets similaires.

J’aimerais bien avoir l avis de nos coach la dessus ? Qu’est ce que vous en pensez @Romain
et administrateurs ?

1 J'aime

Tout dépend comment tu as défini ton H2.
Tu peux considérer @blogging comme un état d’esprit. Le domaine d’attention en soi c’est le blog lui-même.

Pour illustrer ce point, je me souviens d’une interview où DA a confié avoir 3 contextes @computer et un contexte qui s’appelle @creative _writing.

Sur le papier ça pourrait aussi être un domaine d’attention mais pour DA c’est un contexte psychologique. Bien que ce travail d’écriture soit réalisé depuis son @ordinateur il a souhaité le dissocier parce qu’il considère que pour faire ce type d’écriture il a besoin d’un espace et d’un temps particulier pour entrer dans le Flow.

Physiquement parlant il pourrait tout aussi bien s’adonner à ce travail d’écriture depuis son bureau, son canapé ou pourquoi pas dans un parc.

Je pourrai retrouver cette interview si tu veux.

Je pense que tant que tu as trouvé le setup de contexte qui marche pour toi le wording n’a plus d’importance.

1 J'aime

Oui, je comprend l’idee c’est quand meme un vrai exception. Cela voudrait dire qu’on a des sorte de plage de travail ou de creativité bloquée dans son emploi du temps ou on ne fait que cela ? Mais alors, si le contexte est un inventaire de choix possible, il faudrait avoir bcp d’idees de creativité pour en faire un contexte pertinent… Je continue à penser que ce type de contexte psychologique doit etre magné avec bcp de precaution au risque d’alourdir son systeme. Moi qui ne suis que papier (ou presque) je ne me vois pas creer une page 'creativité" mais j’ai une liste de time blocking potentiels que je vais consacrer à certaines activité effectivement la creativité entre autre. Mais s’agissant d un moment fugace et par nature ephemere je le fais au fil de l’eau… Je vais etre creatif soudain parceque je me sens creatif et ne rien faire d’autre… C’est pour moi plus une perception qu’un contexte reel

Brève intervention sur ce fil passionnant, notamment parce qu’il montre la diversité des mises en places et des appropriations de la méthode :slight_smile:

En fait il me semble depuis quelques messages qu’il y a deux sujets : le concept et le mot.

Si je reste orthodoxe sur le mot, le « contexte » en GTD est très précisément tout regroupement de prochaines actions de même nature qui me permet de tirer partir au mieux des circonstances dans lesquelles je me trouve et/ou de fonctionner en batch. On voit que dans ce sens-là, il s’agit généralement de lieux/personnes/outils et de combinaisons de deux ou trois de ces choses. Ça reste des limitations concrètes déterminées par l’extérieur (ce point est important : c’est l’environnement qui crée le contexte).

Si je deviens tolérant (une définition que j’aime beaucoup : « la tolérance est exigence de rigueur et liberté d’approximation »), j’en arrive au concept : le contexte devient alors ce qui me permet de canaliser mon énergie selon mes activités, celles-ci pouvant s’entendre au sens large (et donc, dériver vers les zones de responsabilités par exemple). C’est notamment le cas des contextes émotionnels au sujet desquels j’ai écrit il y a quelques temps. Dans ce cas, les limitations ne sont pas nécessairement créées par l’extérieur ; en fait le plus souvent je détermine moi-même le contexte (!) de mon contexte.

Tout ça pour dire que les deux pratiques sont légitimes, surtout du moment qu’elles vous permettent de vous concentrer sur ce qui compte le plus pour vous tout en annihilant le stress associé à la charge de travail.

Pour autant, j’aurais personnellement tendance à réserver l’appellation « contexte » au mot plutôt qu’au concept, surtout pour les personnes qui découvrent la méthode… ce qui n’est pas le cas des derniers intervenants, lesquels en ont suffisamment l’habitude pour fonctionner avec le concept :slight_smile:

4 J'aime

Donc si je comprend bien au final, mon set up ex Omnifocus qui mixait le mot et le concept « Contexte » était légitime aussi… Ouaouu…

Pour nous, un peu plus avançés dans la compréhension de la méthode mais encore en apprentissage :wink: on peut tres bien utiliser dans l’immobilier l’outil par exemple telephone ou email ou wifi et la phase "de canalisation mon énergie selon mes activités " qui peut etre Comptabilité si je suis dans l’esprit comptable ou prospection si je suis dans l’esprit prospection.

Super facile à faire sur Omnifocus avec le focus, pas facile sur papier…

Sur mon bujo, je me demande bien comment je vais faire ça pour essayer ce que ça donne…

Merci @Romain en tous cas c’est vachement interessant !

PETITE QUESTION CONCERNANT LES CONTEXTES :

Je me suis surprise ce matin à agir de cette façon :
J’avais mes listes de contextes devant moi (téléphone, mails, etc…) et j’étais en train d’y ajouter des actions directement, sans passer par la case INBOX !?

Est-ce que çà peut arriver et aider à être productif, ou est-ce que c’est vraiment risquer d’agir de la sorte ?

C’est tres classique lorsqu’on a l’habitude de la méthode mais ca mobilise un peu l’énergie du cerveau qui est obligé de fonctionner en 2 modes contradictoires le mode collecte / Clarification - organisation. Je ne te jette pas la pierre ça m’arrive souvent ! Mais dans mon expérience mieux vaut bien séparer les deux, c’est plus efficace…

2 J'aime

Tu confirmes mes craintes…
C’est un peu l’impression que j’avais : que je risquais d’ajouter des choses qui aurait peut-être eu besoin d’être clarifié avant d’atterrir sur une de mes listes de prochaines actions…

Je vais voir comment fonctionner plus efficacement : en passant toujours par l’INBOX en fait, quoi qu’il arrive…

Oui c’est VRAIMENT la meilleure methode. Tu vois moi que ce soit sur Omnifocus ou Things j’ai toujours un raccourcis clavier qui est ALT + N. Il ouvre une fenetre qui me permet de saisir immédiatement une tache, des notes, une idée. J’y met tout, tout, tout sans AUCUN controle. Apres je clarifie un peu plus tard. J’ai remarqué que j’étais plus impliqué dans mon processus car je suis alors en mode clarification / organisation ce qui signifie que j’essaye de voir si l’info est exploitable ou pas et ce que je vais en faire… NB Bcp d’infos sont simplement éliminés lors de cette phase. C’est normal. C’est comme ça que ça marche…

1 J'aime

J’ai un livre d’organisation, qui reprend vraiment la méthode GTD…
Ca me gêne un peu quand je le lis car j’ai vraiment l’impression que c’est un copié-collé mais bon… Je me suis remise à le lire (puisque je l’ai, je l’avais acheté avant de connaître la méthode GTD) et c’est intéressant malgré tout de voir la méthode expliquer sous un autre angle, un peu plus « léger » (pas de beaucoup hein…)

SAUF QUE : dans ce livre là, pour les PROCHAINES ACTIONS :
on nous invite à avoir un support/cahier/outil pour TOUTES les noter sans exceptions, au fur et à mesure qu’elles arrivent dans notre vie, et en liste, les unes en dessous des autres …
D’ajouter des signifiers/symboles devant les actions pour s’y retrouver (telephone, mail, …) mais tout à la suite.

J’ai eu des spasmes quand j’ai lu çà, car je n’ai pas su quoi en penser (et j’imaginais déjà une liste de prochaines actions de 3km) :joy:

Suis pas sûr d’être fan :slight_smile: Mais ça arrive souvent quand des coachs/formateurs « pensent » avoir compris la méthode et l’arrangent. Il ne faut pas perdre de vue que David a mis près de 20 ans pour la définir telle qu’elle est, avec des essais, des modifications etc, et qu’aujourd’hui (donc encore près de 20 ans plus loin) on a quelque chose de mature et pérenne. Changer tel ou tel bout au motif de « je le fais à ma sauce », quelque part, je trouve que ça manque un peu d’humilité :slight_smile:

C’est quel bouquin ?

1 J'aime

Oui, je suis bien d’accord avec toi.

Ce livre aura au moins eu le mérite de me faire découvrir la méthode ^^

Je ne savais pas si je pouvais citer ou non :
Il s’agit de « Apprendre à s’organiser, c’est facile » de Laurence Einfalt.
Mais j’ai l’impression que plusieurs de ses livres traitent de la méthode en changeant la symbolique de « l’élément entrant » (un coup c’est un mouton (??), et dans Apprendre à s’organiser ce sont des ampoules)

Le fait que ce qui arrive dans notre vie soit « une ampoule qui s’allume dans notre cerveau » c’est pas mal, çà a une symbolique plutôt cohérente.

Pour le reste, c’est du pur GTD, et ce qui n’en ai pas, est très perturbant car ne semble pas…assez efficace.

En même temps, je ne vois pas ce qui pourrait être modifié par rapport au travail réalisé par David Allen pour mettre au point sa méthode, oui :wink:

C’est comme la méthode ZTD !!! Elle m’énerve cette méthode ! C’est un copier-coller aussi !

Il y a bcp de livre qui reprennent gtd avec des listes ouvertes ou fermees ( une liste fermee c est une liste qui s arrete un jour donne ex 1 jour, une semaine) une liste ouverte n a pas de limite.

Mark forster est un des specialiste de ce type de liste avec ses methodes ex autofocus, final version etc…

Gtd pose comme principe de mettre dans des bacs a sables des listes par nature. Exemple tous les emails, tous les appels, tout ce qu on fait sur le web. Il appelles ca contexte.

C est parceque j ai un ordinateur que je peux… Et en effet c est une condition limitante. Je prefere voir ca comme une condition opportuniste :rofl:

Bref. Le contexte facilite ou est suppose faciliter le choix de l action. Lorsque tu as bcp de trucs a faire (au dela de 30 ?) c est indispensable. De toutes facon le cerveau moyen ne peut gerer que 10 trucs max et deux choix a la fois. Je fais ca ou ca…

Gtd est complexe (j ai pas dit complique) pour que ca marche @Julie il faut suivre la methode. Tu achetes le livre de david et tu appliques sans te disperser.

Ne t inquietes pas il peut arriver parfois, dans une journee, on ne bosse que sur un seul sujet. C est simplement que c etait la meilleure chose a faire…

1 J'aime

Bonjour @Julie et @Romain,

J’ai lu aussi un livre de Laurence Einfalt (et de sa co-autrice Stéphanie Bujon), qui s’appelle Le grand livre pour s’organiser. Comme à Julie, ça m’a fait découvrir GTD… sans le dire. C’est un énorme plagiat, comme je n’en avais jamais vu. GTD et David Allen sont seulement listés dans la bibliographie, à côté d’autres ouvrages, mais à aucun moment ne sont cités dans le texte, ce qui aurait été la moindre des choses. Je voulais le signaler, c’est fait — merci à Julie qui m’y a fait penser.

En revanche, je ne sais pas dans ton bouquin Julie, mais dans le mien, elles disent bien que l’on peut créer une liste par contexte, ou une grande liste en codant le contexte dans la marge. Je joins la copie de ce passage.
Mais il est vrai aussi que dans le « repère » en gras ci-dessous, elles sous-entendent que l’on peut ne pas passer par la boîte de réception, en notant une prochaine action directement dans la liste du contexte correspondant. Pourtant, deux chapitres sont consacrés à la clarification des boîtes de réception ; et précédemment, elles conseillent d’avoir parmi celles-ci « un système de prise de notes efficace. — Qu’il soit matériel (un cahier et un crayon ; un bloc et un stylo ; un dossier contenant des feuilles volantes) ou électronique (agenda de téléphone portable), vous pouvez idéalement le transporter partout avec vous, pour y jeter rapidement n’importe quelle ampoule mentale. » Donc ce point-là n’est pas très cohérent.

1 J'aime

Et par rapport à ta question initiale, j’avais créé un sujet là-dessus : https://forum.productifetserein.com/t/clarification-au-fil-de-leau-ou-par-lots/

1 J'aime