Procrastination et passage à l'action

Bonjour tout le monde,

Je voudrais aujourd’hui vous demander si la méthode GTD vous permet de lutter efficacement, au quotidien, contre la procrastination ?
Et également, si vous arrivez « facilement » à passer à l’action ?
Les 2 étant liés je trouve.

Personnellement, je regarde ma liste de prochaines actions, je remplis ma todolist pour le lendemain et des fois le lendemain je n’arrive pas à passer à l’action…
C’est mauvais pour l’ego, c’est mauvais pour le système,… nous ne sommes pas des machines, mais le but n’est pas de perdre du temps à faire des listes pour rien :blush:

Parfois du mal à passer à l’action donc :blush:

Et vous, comment çà se passe de votre côté ?

1 J'aime

De mon côté ça m’a beaucoup aidé, mais ça s’est fait en deux temps.

La première fois, c’est quand j’ai enfin séparé le projet de l’action et que je me suis donc retrouvé avec des listes d’actions, à devoir choisir à partir de là (et non plus à partir des multiples choses/projets que j’avais en tête). Note que je parle bien des listes de contextes, qui contiennent donc toutes mes prochaines actions : je ne sélectionne jamais « ce que je devrais faire » la veille pour la reporter dans la liste du lendemain parce que le « devrais » fonctionne assez mal avec moi (je préfère suivre mes impulsions du moment)

La seconde fois, c’est quand j’ai réalisé que je n’écrivais pas correctement mes actions. Par exemple, à l’époque j’écrivais « Écrire article sur l’étude Scrum »… je pensais que j’avais « tout bon », y’avait un verbe d’action, du détail sur le sujet… où est le problème ? Le problème c’est qu’il fallait que je repense un peu au truc, et qu’en le lisant comme ça, ce qui me venait c’est un gros soupir… :slight_smile: Aujourd’hui, une action comme celle-là, voici ce que j’écris « Écrire article pour LinkedIn sur l’étude mentionnée dans Scrum qui indique qu’au delà de 40h hebdo de travail on est moins performant ».
Ça a l’air de rien, mais quand je lis je sais exactement quoi faire et limite, l’article est déjà écrit (je sais le fond du message à transmettre, « y’a plus qu’à » écrire).

Cette deuxième chose a eu un impact phénoménal sur mon traitement des actions et sur le fait de battre la procrastination !

1 J'aime

Je rejoins @Romain, c’est deux choses qui mon aidées même si j’ai encore des moments de procastination ou que je pars très loin de ma liste d’actions.

J’ai redécouvert les contextes récemment, auparavant je fonctionnais comme toi, une liste d’action pour la journée (je la faisais le matin). Une liste de prochaine action bien gérée avec des contextes permet d’aller beaucoup plus loin.

Il y a aussi la technique du quick win pour se « doppler » le moral dès le matin et attaquer les gros morceaux.

1 J'aime

C’est quoi la technique du quick win s’il te plaît ?? Je ne connais pas.

Pareil que @Romain, il me semble que la manière dont on définit sa prochain action joue un rôle essentiel sous-estimé;

En effet, il me semble que au départ, on suppose que les éléments difficiles de la méthode GTD vont être des trucs comme faire sa WR, bien définir ses contextes, trouver le bon outil… mais on ne s’imagine pas que la manière dont on va écrire/définir ses prochaines actions soit un truc difficile… donc un truc sur lequel il faut accorder une importance particulière.

C’est faux, c’est super important pour nous rendre réactif à la lecture de nos listes et nous faire réagir vite… en 5 secondes :smirk: !

Aaaah merci Romain !
Moi aussi, je fonctionne sur impulsion/envie et cela ne me sert à rien d’écrire une todo list le soir pour le matin, parce que je me connais, je ne la suivrais pas. C’est peut-être pour ça que je n’aime pas m’auto-évaluer car sinon, je n’aurais jamais de bonnes notes :sweat_smile::yum:

Au bout d’un an, certains de mes projets ou certaines de mes actions n’avançaient pas du tout alors que pour d’autres, ça marchait tout seul. J’ai lu et relu récemment le sujet sur la planification naturelle. Je m’en suis fait une fiche réflexe pour mémoriser les étapes.
Il ne s’agit pas pour moi de tout passer à la moulinette de la planification naturelle mais d’identifier, au travers de ce filtre, pourquoi certains items n’avancent pas et où je dois appuyer pour qu’ils se mettent en mouvement.
Tout comme tu le dis, je les pensais bien exprimés avec un verbe d’action et tout et tout. Mais non. Ça n’allait pas pourtant. Je me disais « ça vient de toi », tu n’as peut être pas vraiment envie de faire ça. Et pourtant si, j’avais vraiment envie ou besoin de le faire et la réponse à la première étape de la planification naturelle était oui.

Alors, j’ai analysé les trucs qui n’avançaient pas : ce qui revient souvent chez moi, c’est que, j’ai envie de faire un truc, mais j’ai du mal à faire l’exercice de visualiser le résultat, quant au brainstorming, il était quasi nul. Tout ceci entraînant une « confondaison » entre actions seules et projets.
En effet, il y a des trucs que j’avais entré comme des actions seules dans mon système, alors qu’en réalité, il s’agissait de projets dont il manquait la prochaine action.
Voilà pourquoi, moi aussi je soupirais, je soupirais…

Moralité une action bien exprimée génère le mouvement.

Au passage, je remercie Julie d’avoir lancé le sujet.
Martine

A julie,
Quick win : on utilise beaucoup ce terme dans l’industrie. Cela veut dire faire un acte qui demande peu d’effort et qui rapporte beaucoup. On peut associer cette méthode avec celle de Pareto pour mettre le bon coup de marteau au bon endroit.

1 J'aime

Merci beaucoup @Margott pour ces précisions ! :wink:

:stuck_out_tongue_winking_eye:

D’accord avec tout ce que dis @Margott.
Je pense que personnellement, cette problématique est quelques chose que je ne maitrise pas encore très bien (ce n’est pas encore passé en mode « automatique ») et je me retrouve encore souvent dans les situations décrites.

J’applique une solution: à la manière d’une WR, mais pas pendant ma WR, je prends un moment pour relire toutes mes listes, en ne regardant que la forme, et afin de m’assurer que j’ai bien identifié et défini quelle était ma prochaine action; c’est super difficile je trouve.

Je prends note à ce sujet de la « fiche réflexe » pour mémoriser les étapes de la planification naturelle :+1:

Merci de ces réponses

Je retiens :
-définir très précisément les actions
-vérifier à deux fois qu’il ne s’agit pas d’un projet.

Par ailleurs, quand je sens que je vais procrastiner ( je peux en parler, j’ai un niveau olympique ), je mets Polodoro en route sur 25 Minutes et me dis, je me mets la dessus ce temps là et c’est tout. Le plus souvent ça repart !!!

3 J'aimes

Le système pomodoro marche pas mal chez moi également. En général je vais pas plus loin qu’une répétition mais au moins pendant 2 heures j’ai bien avancé.

Il faut absolument que j’essaye le système pomodoro !
Encore jamais testé… Ca vous aide vraiment à vous motiver/concentrer ??

Et la loi de Pareto, est-elle vraiment intéressante/indispensable à connaître pour gagner en efficacité ??

C’est génial car ça permet de bien avancer sur un sujet. En te callant un timing de 20 mn par exemple tu force ton esprit à trouver les solutions à mettre en oeuvre et à avancer. Je l’utilise tout le temps :joy:

Oui la loi de Pareto est une des lois de l’univers (cherche sur le web) des principes immuables. Indéniablement 20% des actions produisent 80% des résultats. Ce qui veut dire que 80% de ce qu’on fait ne sert à rien… (C’est bien pourquoi GTD comme le BUJO insistent sur cette notion de clarification de but et résultat et d’intentionnalité : 2 concepts expliqués différemment chez l’un et l’autre mais qui sont identiques)

Jusqu’alors, j’utilisais Pomodoro comme instrument de rigueur au travail, pour ne pas me déconcentrer en cours de travail.
Depuis cette après-midi, je m’en sers comme starter quand j’ai un coup de mou (ou une tentation plus ou moins consciente de procrastination): ça fonctionne super bien :slightly_smiling_face: !

Merci @jpmole :grin:

1 J'aime

Je suis sur mac et l’application s’appelle Be Focused. Je pense qu’il y en à d’autres.
Ça s’appelle pomodoro par ce que le minuteur que les italiens utilisent pour la cuissons des pâtes est souvent en forme de tomate (pomodoro dans la langue de Pinocchio)…

Donc en fait c’est juste… un minuteur.

Moi je mets 25 min de taf/concentration + 5 minutes de pause/autre-chose quatre fois et 15 minutes de pause au bout des quatre répétitions… C’est tout bête, mais ça marche !!!

Quant à Pareto, je croyais jusqu’il y a deux minutes que c’était un joueur de la Juve ou une marque de sauce tomate…

Par ailleurs, j’ai fait une grande découverte hier en écoutant le podcast de @Romain J’AI LU TON MAIL : Si les taches sont rebutantes, c’est qu’elles sont pas décrites suffisamment précisément ou qu’elles sont en fait des projets masqués…

M. Pareto cultivait son jardin et s’est rendu compte petit à petit que 20% de ses haricots (en grain) donnait 80% de sa récolte… et il a eu l’idée de mettre ça à toutes les sauces…

3 J'aimes

Moralité : pour etre productifs et sereins, mangez des haricots à la tomates !

Je vais essayer !!!
Merci beaucoup !

Alors moi je suis désolée mais Pareto je n’y comprends vraiment rien !

Lorsque je crée par exemple… une brochure, c’est bel et bien 100% de mon travail qui donneront un fichier terminé ?!
Je n’arrive pas à comprendre la logique… Si quelqu’un sait m’aider ?! Merci d’avance

C’est très théorique… il faut l’adapter à sa situation personnelle.

L’idée ce n’est pas de dire que pour une tâche donnée, il ne faut en faire que 20%… l’idée, dans un contexte GTD, c’est de te dire que, probablement, 20% des taches présentes sur l’ensemble de tes listes, représentent 80% de tes intérêts… autrement son vraiment importantes pour toi, beaucoup plus que les 80% restants.

Une fois qu’on a dit ça, l’idée c’est de faire un effort de tri, et d’essayer petit à petit de supprimer tous ces engagements vis-à-vis des ces 80% de tâches qui ne représentent que 20% de tes interêts.

1 J'aime