Travailler par contexte vs projet

Bonjour,

Si jamais ce sujet fait doublon, vous pouvez le raccorder à un existant, que je n’ai pas trouvé, même si plusieurs conversations évoquent plus ou moins cette thématique.

Le cas que je viens de décrire ici est un cas particulier du travail par projet plutôt que par contexte.
Je sais que scientifiquement, le travail par contexte est justifié, car il permet de mieux gérer son attention et la focaliser sur ce qui est possible à faire dans les conditions présentes. Ce avec quoi je suis plutôt d’accord, d’ailleurs.

Cependant, ces derniers temps, j’ai parfois essayé de travailler par contexte, mais honnêtement, j’ai cru que j’allais exploser, et j’ai eu l’impression d’une perte de productivité importante.
Mettons que j’aie un projet pour un client A et un autre pour un client B ; les deux projets sont assez différents (mais nécessitent tous deux ordinateur, téléphone, papier brouillon). Je ressens une perte de temps (le temps de me reconcentrer sur le projet) bien plus grande quand je passe du projet A au projet B, et vice versa, que lorsque je passe de l’ordinateur au téléphone ou au papier pour y jeter des idées. Or, j’avais fait des contextes différents de ces éléments-là (et j’ai même des sous-contextes ordinateur, par ex. ordinateur-travail pour éviter de voir des tâches distrayantes aux horaires où je veux travailler). Je commence à me demander si cela est juste.

Qu’en pensez-vous ?

Je comprends ce que tu veux dire car j’ai vécu la meme chose. Au départ je croyais qu’il fallait sauter d’une tache a une autre. Je passais des journées avec un mal de tete épouvantable et j’avais l’impression de n’avoir rien realisé et souvent c’était le cas !

Et puis un jour j’ai lu un truc de @Romain qui disait la liste contexte est une proposition d’action, bref de choix à realiser. Ca s’est éclairé d’un coup.

De ce que j’ai compris de GTD @Astrid la liste des contexte est conçue pour les actions de plus de 2 mn.

Aussi, Personne ne t’oblige a choisir une tache et à passer à la suivante lorsqu’elle est terminée. DA lui meme n’a jamais dit nul part qu’on devait reste scotché exclusivement à cette liste et la terminer coute que coute. J’accepte donc qu’elle reste inachevée.

Il y a deux types de situation :

  1. Le projet prioritaire (je suis dans un mode Focus)

Voici comme je procède lorsque je travaille sur un sujet prioritaire :

  • Je choisis une action de plus de 2 mn (mon projet prioritaire)
  • Je l’exécute

D’une façon générale je travaille sur le projet et je m’efforce d’aller aussi loin que possible dans le projet pour le terminer.

  • Donc apres Je choisis l’action suivante, dans le projet si elle existe ou si elle est non actionnable je vais en reference projet.

Si rien n’existe et que je vois quelque chose à faire je le fait.

Puis apres je passe à autre chose. Coup d’oeil à ma liste par contexte et je passe à l action suivante lorsque je me sens pret.

D’une façon générale, de part mon 1er choix,
Il m’arrive de bosser 2:00 sur un projet ou bien 10 mn…

J’essaye de grouper ensemble tout ce qui est de meme nature concernant le projet en question exemple tous mes appels, tous mes emails… Tout ce que j’attends des uns et des autres, toutes mes relances…

C’est la seule façon que j’ai trouvé pour avancer dans on travail.

2."Mode abattage"
Si ce n’est pas lie à un projet je peux faire un time blocking sur un sujet particulier exemple la prospection. Comme elle nécessite un etat d’esprit particulier je la fait en meme temps.

3 eme cas mode dispersé… Variante du mode abattage…
Si j’ai des appels diffus je les fait tous en meme temps exemple mes appels aux fournisseurs, mes emails Consultation, réponses… Idem pour les recherches web.

Bien entendu dans ces deux derniers modes " abattage " je saute de l’un a l’autre. L’important c’est d’avancer !

Je suis curieux de connaitre la façon de faire de mes camarades de jeu :blush:

Bonjour @Astrid

comme le dit @francois, un contexte est une proposition d’actions. Le choix de ce qu’il faut réaliser ou mettre de côté te revient. Libre à toi donc de ne pas t’appuyer dessus.

De plus, dans une situation donnée, plusieurs listes de contextes peuvent être éligibles à ton attention. Au bureau par exemple, ton choix d’actions possibles peut être éparpillé entre ta liste @bureau, @téléphone, @ordinateur ou tout autre liste que tu peux posséder.

Si pour un projet donné tu avais sélectionné une action dans ta liste @bureau, que tu viens de l’accomplir et que la suivante doit être accolée à ta liste @ordinateur, toi seule peut juger de la meilleure manœuvre. Et cette manoeuvre va dépendre des critères de priorisation que tu connais déjà : contexte, temps disponible, énergie, importance.

Si pour l’action suivante du projet sur lequel tu travaillais, tu as suffisamment de temps disponible, suffisamment d’énergie et que tu juges qu’elle est plus importante que les autres prochaines actions de tes listes, c’est que tu n’as pas besoin de switcher de projet mais que tu ferais mieux de rester focalisée sur ce dernier.

Au final c’est assez intuitif. On a juste tendance à vouloir trop structurer nos systèmes au début.

3 J'aimes

Merci @francois et @Julian pour vos apports.

Oui. Dans le type de cas de figure décrit plus haut, où je dois travailler sur des projets complexes et où plusieurs contextes sont disponibles (ordinateur, téléphone, hors ordi mais au bureau…), il faut que je veille à bien prendre en compte le critère « énergie » à l’instant t, puisque je ressens qu’il me faut pas mal d’énergie pour passer d’un projet complexe à un autre.
Le niveau d’énergie nécessaire à la réalisation d’une action peut beaucoup différer, selon qu’on l’effectue à la suite logique d’une autre du même projet ou bien après une action d’un autre projet (ou d’une branche très différente du même projet).

Très juste. Il faut que je me lâche un peu la bride par rapport à cette structure.