Les contextes émotionnels

Publier précédemment ici : https://www.productifetserein.com/les-contextes-emotionnels/

Attention, ce qui suit n’est pas pour le tout nouvel arrivant aux contextes ! Je vais disserter sur ce qu’est un contexte d’une manière qui peut, à première vue, sembler contradictoire avec une espèce d’orthodoxie de GTD (qui n’existe pas vraiment, du reste). On le sait, un contexte est une combinaison de lieux, outils et/ou…

1 J'aime

Hello à tous
J’aime bien l’idée du contexte émotionnel.
J’ai eu tellement de mal à m’habituer à ranger mes tâches dans un contexte et à déterminer ces derniers que je ne vais pas m’aventurer à n’attacher une tâche uniquement dans un contexte émotionnel.
Pour autant, je pense commencer par lister les émotions que j’aime bien ressentir au boulot ( ça peut pas faire de mal.)
Je vois déjà ceux là :

  • être fiable (envers les autres)
  • créatif
  • a flot
  • entreprenant (commerce)
  • super-papa
  • mon corps est mon temple
  • visionnaire

C’est l’occasion, à mon sens, si vous souhaitez utiliser quelques contextes émotionnels, d’y aller à fond. Quelques exemples de listes de Robyn Scott, qui fonctionne ainsi, pour vous donner une idée :

  • triomphante
  • suprêmement satisfaite
  • massivement soulagée
  • extrêmement utile aux autres
  • décence élémentaire
  • enchantée
  • prête au combat
    etc.

Robyn n’arrive pas à faire des tâches qui la font se sentir juste « bien » après. Selon elle, si une tâche lui provoque seulement un « ça va » une fois réalisée, on peut se poser la question de savoir si elle mérite vraiment qu’on la fasse (étant entendu qu’il n’y a parfois pas le choix, mais l’idée de se poser la question demeure pertinente).

3 J'aimes

Bonjour, de mon côté j’ai utilisé un moment 2 codes que j’ajoutais en début de ligne de certaines de mes actions : une fleur pour les actions dont je savais qu’elles étaient plaisantes/faciles à faire (typiquement pour les moment à très faible énergie) / un point d’exclamation pour les actions à engagement fort (dans le sens : actions importante à prioriser). Cela me permettait de les combiner avec les contextes sans avoir à toucher à ces derniers.
En ce moment je ne ressens plus le besoin d’utiliser ces codes.

3 J'aimes

J’aime bien l’idée ! Pas forcément à faire sur toutes les actions mais ça peut aider à contrer une forme de procrastination en se faisant du bien. Merci @Lau !

Super piste d’évolution des contextes… J’en retiens surtout une dans la liste de Robyn Scott: « Massivement soulagé ».

J’avais déjà pensé à pouvoir identifier rapidement les tâches qui me génère le plus de soucis, celles qui me pèsent le plus; cette piste de contexte est peut-être une solution.

Cette fois-ci, je m’y mets aux contextes émotionnels.
La grande frustration que j’ai, est de voir deux taches côte à côte qui ne pèsent pas du tout le même poids… émotionnel.
Cocher que j’ai terminé de nettoyer toutes les vitres de la maison et que j’ai terminé mon business plan n’a pas, mais alors pas du tout la même valeur pour moi.
La première me fait clairement suer, la seconde m’éclate totalement la vie.
Et pourtant ce sont deux taches qui, une fois cochées, paraissent avoir le même poids.

En fait, ce qui me manque, c’est de la pondération. Ce pourquoi d’ailleurs je me refusais jusqu’à présent à regarder du côté des indicateurs de performance qui ne prennent pas en compte la pondération.
Et les contextes émotions y répondent parfaitement.

Bravo @Margott !
Je viens d’installer les miens dans TODOIST.
Est ce que tu peux/veux partager quelques uns de tes contextes du coup :slight_smile: ?

Bonjour @jpmole,
Je m’aperçois que je n’ai pas répondu à ta demande de partage des contextes émotionnels. Les voici et ils me servent tous.

2 J'aimes

Je suis fan :smile: mention spéciale pour « sa mère ! »

1 J'aime

@Margott. Excellent !! :ok_hand:

…ça mériterait une petite explication de texte :wink:

Je ne pense pas qu’expliquer mes motivations internes quant à ces contextes émotionnels puissent être aidants tant ils sont perso.

Mais je veux bien essayer pour deux contextes.
Pour GOT c’est une émotion guerrière ou conquérante que je ressens. Un certain état d’esprit qui me génère un sentiment de puissance quand j’atteint mon but.

Sa mère ! Me procure un sentiment de malade, du genre je vais signer un client. Trop trop important pour que cette action soit noyée dans un contexte de lieu comme « Extérieur » ou « Bureau » ou « A voir avec ».

Ce que je trouve super avec ces contextes émotionnels c’est qu’ils permettent d’éprouver un sentiment à la juste valeur de la tâche ou du projet réalisé. De leur donner un poids émotionnel, de leur attacher des sentiments. Ça leur donne vie en fin de compte.
Et ça donne envie.

Bon c’est pas trop vrai pour le contexte « Ça me saoule » comme la compta. C’est pas sexy en fin de compte. Je vais peut-être le changer même si mon émotion est bien réelle en ce qui concerne la compta !!

1 J'aime

Mon avis ne va pas être super productif sur les contextes émotionnels, mais je voulais juste ajouter (car nous sommes là pour échanger :blush:) que perso, j’ai l’impression que de qualifier une tâche : « pénible », « pas envie » etc… çà me couperait l’herbe sous le pied avant même de commencer…

J’ai l’impression que c’est trop émotionnels pour le coup, mais je me trompe peut-être, ou surtout : ÇÀ DÉPEND DE CHAQUE PERSONNE :wink::kissing_heart:
Pour moi çà ne fonctionnerait pas, trop démotivant.
Autant les appellations positives, elles sont top, parce que çà booste encore plus pour s’y mettre, autant les autres, je suis moins fan :smiley:

Tu as raison @Julie, ça marche pas bien les contextes négatifs.
Je les ai d’ailleurs supprimés pour le moment jusqu’à leur trouver une formulation appropriée.

Il faut considérer cela comme un laboratoire d’essais-erreurs.
Je suis une défricheuse. Je vais finir par trouver la bonne formule.

Contextes négatifs ou pas, il n’en reste pas moins que certaines tâches le resteront (négatives), contextualisées ou non.

@Julie @Margott
Il faut peut-être envisager de définir le contexte non pas par l’aspect négatif qui le caractérise (« penible » par exemple), mais plutôt par l’état d’esprit positif dans lequel vous pouvez espérer être une fois ces tâches effectuées (« soulagé » par exemple).

Hello @Jean,
Très bon conseil.
Et vous ? Quels contextes émotionnels avez-vous mis en place ?
Vous en êtes contents ? Cela fonctionne ?

Moi je débute dans la pratique du contexte émotionnel… J’ai juste créé un contexte « Massivement soulagé », que je peine encore à utiliser (c’est long de changer une habitude).

Par expérience, j’évite de créer un trop grand nombre de contexte… comme un trop grand nombre de listes d’ailleurs.Il faut que ça ait du sens, que ce soit évident, sinon je considère que c’est trop tiré par les cheveux et je passe mon chemin…

Juste un petit rappel qu’il n’y a évidemment aucune obligation à créer des contextes émotionnels, c’est juste une approche originale qui marche bien lorsqu’on est « bloqué » par les contextes plus classiques.
À une époque j’utilisais « Pump me up! », qui contenait des actions qui me dopaient le moral et l’énergie une fois réalisées ; je me suis aperçu après quelques temps que c’était principalement des actions courtes avec peu d’énergie ou alors des fins de projet, je suis revenu aux contextes classiques car je « sais » maintenant que ces tâches courtes et peu énergivores (ou celles qui terminent un projet) vont me booster.

Salut Margott, pour la compta, qu’est ce que tu visualises quand tu penses à cette tâche ? J’avais vu 1 vidéo une fois où la fille expliquait que souvent quand on n aime pas une activité, on s imagine la faire dans un contexte sombre et pénible… donc il faut essayer de changer cette visualisation : se visualiser en train de la faire dans un lieu lumineux, confortable, avec un thé, de l’encens ou huile essentielle bref un environnement chouette. Perso pour les tâches super rébarbatives qui ne m apportent vraiment rien… mais que je dois réaliser malgré tout, j’utilise la méthode pomodoro… ça passe mieux par petits bouts :slight_smile:

@Lau
Le DÉSIR précède l’ACTION ! :slight_smile:

1 J'aime